PASSES

Année 2020

Dimanche 27 septembre 2020 à 17h00

Espace culturel du Bois-Des-Arts – 62, chemin du Bois-Des-Arts – 1226 Thônex.

Samedi 3 octobre 2020 à 20h30

Salle Adrien Lachenal – 12, route de Saint-Loup – 1290 Versoix.

 

Au programme de ces deux concerts « Beethoven, Terre et Nature »

L’occasion de célébrer les 250 ans de la naissance de Ludwig van Beethoven et les 50 ans de la création de la Journée de la Terre.

  • Arthur Honegger : Pastorale d’été H.31
  • Antonio Vivaldi : Extraits des 4 saisons : Printemps et Hiver, violon solo : Romain Geereart
  • Ludwig van Beethoven : Symphonie n°6 op.68 dite “Pastorale”

L’orchestre de chambre de Versoix marque cette année 2020 par une triple célébration : celle des 250 ans de la naissance de Beethoven, celle du 50e anniversaire du “Earth Day”, Jour de la terre, la plus importante célébration environnementale par la société civile, et enfin celle du centenaire de la pastorale d’été de Honegger, qui partage avec la symphonie beethovénienne un lien avec la nature.

On sait le lien spécial que Beethoven entretenait avec la nature. Schindler, son confident, décrivait le maître de Bonn en ces termes : « Il s’empara de l’esprit de la nature ». Bien que présent dans plusieurs de ses œuvres, ce lien atteint son apogée dans sa 6e symphonie, que Beethoven intitulait dans une lettre à son éditeur “Symphonie Pastorale, ou Souvenir de la vie rustique, plutôt émotion exprimée que peinture descriptive”. Berlioz y voyait un « étonnant paysage qui semble avoir été composé par Poussin et dessiné par Michel-Ange. L’auteur veut peindre le calme de la campagne, les douces mœurs des bergers (…). C’est de la nature vraie qu’il s’agit ici. ».

Dans ses Quatre saisons, Vivaldi procède d’une démarche un peu différente. Il y dépeint en musique, avec une invention et une ingéniosité sans limite, les charmes et les détails pittoresques qu’offre la nature, des pépiements d’oiseau à l’aboiement du chien, des grelottements du froid hivernal au son de la pluie.

Il y a exactement cent ans, Arthur Honegger composait sa Pastorale d’été au pied de la Jungfrau en Suisse, dans l’Oberland bernois, où il passe l’été 1920. Ce court poème symphonique exprime une intime communion avec la nature et porte en épigraphe un vers tiré des Illuminations d’Arthur Rimbaud : « J’ai embrassé l’aube d’été… ». Dans la partie centrale sont suggérées quelques références à la symphonie pastorale de Beethoven.

Voici également un article passionnant sur le lien entre musique et nature

Avec le soutien de la Ville de Versoix